Monthly Archives: avril 2011

Bilan de la Commission AMM de l’Afssaps

Alors qu’elle a été particulièrement critiquée à la suite du scandale liée au médicament mediator, l’Afssaps a pris la décision de faire preuve de davantage de transparence dans le cadre de l’exercice de sa mission. En effet, l’affaire du mediator qui n’est toujours pas achevée a entraîné de profonds bouleversements au sein de cet organisme public chargé de veiller sur la sécurité sanitaire et médicale en France. Néanmoins, il convient de ne pas l’accabler car l’Afssaps réalise un travail remarquable depuis très longtemps qui permet à l’Assurance Maladie, aux mutuelles santé et aux professionnels de santé de relayer toutes les informations relatives au secteur. En ce sens, les mutuelles santé et l’Assurance Maladie constituent d’excellent vecteurs de communication pour l’Afssaps car elles ont établi un lien privilégié avec les assurés.

Fermeture ponctuelle de l’Assurance Maladie en Côte d’Or

Le système de protection sociale est organisé de manière bicéphale en France c’est-à-dire que nous retrouvons l’Assurance Maladie ainsi que les mutuelles santé. En outre au-delà de cette organisation bipartite, les mutuelles santé et l’Assurance Maladie fonctionnement sur le fondement d’une logique régionale voire départementale. Or, ce concept reprend globalement l’idée de décentralisation initiée en matière Etatique par le Premier Ministre de l’époque, Monsieur Jean-Pierre Raffarin. Dès lors sur le territoire hexagonal, des bureaux de l’Assurance Maladie et des différentes mutuelles santé sont présents ce qui est particulièrement pratique pour les assurés puisqu’ils peuvent obtenir des informations de manière très aisée. En outre, chaque bureau départemental d’une mutuelle santé ou de l’Assurance Maladie bénéficie d’une certaine liberté qui lui permet de se démarquer de ses confrères.

La sécurisation accrue des médecins

Alors que la CSMF s’est longtemps battu en ce sens, il semblerait que les pouvoirs publics se soient enfin montrés réceptifs à l’égard de ces revendications légitimes. En effet depuis quelques mois, le champ médical est accaparée par des questions financières liées au devenir des mutuelles santé et de l’Assurance Maladie. Or, si ces interrogations consacrées à l’Assurance Maladie ainsi qu’aux mutuelles santé sont très intéressantes, il ne faut pas déconnecter ce secteur de réalité humaine. Dès lors, il convient d’assurer une protection accrue des médecins libéraux parce que les agressions se multiplient sans aucune réaction de la part des pouvoirs publics. En conséquence, les médecins sont de plus en plus récitent à l’idée de travailler dans certaines villes parce qu’ils redoutent de rencontrer des difficultés, ce qui créé des zones dans lesquelles les soins médicaux ne sont pas conférés de manière optimale.

L’importance alimentaire sur la santé

Alors que l’Assurance Maladie et les mutuelles santé redoublent actuellement d’efforts afin de résoudre les problématiques budgétaires auxquelles elles sont confrontées, d’autres vecteurs peuvent également être explorées sur le terrain de la prévention. En effet, l’alimentation joue un rôle fondamental sur la santé des individus et c’est la raison pour laquelle il est important de les éduquer correctement en ce sens dès le plus âge. Ainsi au-delà de la politique de sanction orchestrée notamment par l’Assurance Maladie ou d’une stratégie d’information exclusivement orientée sur l’aspect médical comme les mutuelles santé le font, il est certainement préférable de s’adresser aux jeunes afin de leurs expliquer la nécessité de s’alimenter correctement. Dès lors, ils comprendront parfaitement cette logique et s’alimenteront de manière optimale, ce qui réduira en conséquence les dépenses de santé sur le territoire hexagonal notamment s’agissant des pathologies de plus en plus fréquentes liées au poids.

Le travail influe sur les dépenses de santé (2/2)

A l’occasion de la continuation de notre présentation des conséquences sur travail sur les dépenses de santé, il nous appartient d’approfondir les résultats de l’étude publiée par l’Institut de Recherche et Documentation en Economie de Santé (IRDES). En effet, il en ressort que le travail est notamment à l’origine des dépenses de santé remboursées partiellement par l’Assurance Maladie et les mutuelles santé. En conséquence au surplus de campagnes pédagogiques, les mutuelles santé devraient se mettre en relation avec les syndicats professionnels afin de réfléchir collectivement à la résorption de cette fâcheuse réalité. Ainsi non seulement les mutuelles santé ainsi que l’Assurance Maladie pourront sortir de l’ornière dans laquelle elles sont embourbées depuis de longues années, mais en plus les patients augmenteront leur qualité de vie. Toutefois malgré son incontestable pertinence, cette étude ne fait que confirmer toutes les problématiques anxiogènes inhérentes à l’exercice d’une activité professionnelle.

Le travail influe sur les dépenses de santé (1/2)

Alors que la réduction des dépenses de santé anime quotidiennement l’Assurance Maladie ainsi que les mutuelles santé en raison de la situation difficile rencontrée par la protection sociale en France, il convient d’aller au-delà. En effet, la consommation médicamenteuse en France trouve ses origines dans divers facteurs qu’il nous appartient d’évoquer parce que se contenter d’analyser le cas des mutuelles santé ou de l’Assurance Maladie n’est évidemment pas suffisant. Or parmi les raisons expliquant le caractère considérable des dépenses de santé en France, il convient naturellement de citer les conditions de travail. C’est pourquoi, l’Institut de Recherche et Documentation en Economie de Santé (IRDES) a consacré une étude très approfondie aux liens susceptibles d’être établis entre les dépenses médicales remboursées par l’Assurance Maladie et les mutuelles santé, et le travail.

Bilan sur les Agences Régionales de Santé (2/2)

Alors qu’elle a été fortement critiquée en raison de sa gestion de l’épisode de la grippe H5N1 sur le territoire hexagonal, Roselyne Bachelot ne laisse visiblement pas un souvenir impérial au corps médical. En effet, la CSMF formule de vives critiques à l’endroit des Agences Régionales de Santé fondées par l’ancienne Ministre de la Santé. Néanmoins, il convient de noter que le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2011 auquel elle a participé, est à l’origine de l’engagement d’un processus des dépenses en matière de protection sociale. Ainsi, l’Assurance Maladie a diminué le niveau de remboursement de certains médicaments, ce qui a naturellement pour effet d’augmenter la part de remboursement des mutuelles santé. C’est pourquoi, les mutuelles santé sont contraintes de procéder à des augmentations tarifaires aboutissant à une plus grande difficulté pour les citoyens Français d’y adhérer. Toutefois, l’Assurance Maladie délivre des chèques spécifiques destinés aux personnes les moins aisées afin d’adhérer à une mutuelle santé car cela devient aujourd’hui quasiment indispensable tant le régime obligatoire devient défaillant.

Bilan sur les Agences Régionales de Santé (1/2)

A l’occasion de son passage au Ministère de la Santé, Roselyne Bachelot a entrepris de nombreuses réformes poursuivant deux objets principaux. D’une part, il s’agissait d’améliorer le système de santé dans sa globalité en agissant sur les vecteurs accessibles tant auprès des professionnels de santé que des assurés médicaux. D’autre part, la Ministre a très rapidement exprimé la volonté de participer à la réduction de la crise de la protection sociale sur le territoire hexagonal. En effet, la situation de l’Assurance Maladie était devenue très préoccupante dans la mesure où la Sécurité Sociale connaît des déficits considérables. De plus, les mutuelles santé éprouvaient de grandes difficultés à faire face aux répercussions liées à ce retrait massif de l’Assurance Maladie. Or, les mutuelles santé intervenant à titre complémentaire, la réalisation des remboursements habituels est d’autant plus difficile à assumer sans appliquer de hausse significative des cotisations.

Mécontentement renouvelé des médecins

La Confédération des Syndicats Médicaux Français exprime une nouvelle fois son mécontentement à propos de la politique médicale mise en œuvre par le Gouvernement de François Fillon depuis plusieurs années. Néanmoins, il convient de regretter que les professionnels de santé ne s’associent pas aux mutuelles santé afin d’envisager une réponse collective face aux dysfonctionnement cités. En effet, il est toujours regrettable de constater que même dans le secteur médical, existe un certain corporatisme qui empêche les différents acteurs de travailler ensemble au profit de l’intérêt général. Malgré tout, nous assistons depuis quelques années à une prise de conscience générale quant à la nécessité de lutter collectivement au profit de l’amélioration du système de santé Français. A ce propos, il est plaisant de noter que l’Assurance Maladie et les mutuelles santé travaillent désormais ensemble avec davantage de facilités en faveur de la protection sociale.

L’Assurance Maladie réduit ses dépenses (15/15)

Afin de clôturer de ce dossier consacré à la réduction des dépenses effectuées par l’Assurance Maladie au cours de l’année 2010, il nous appartient de revenir sur le projet Sophia qui a été appliqué notamment au cœur de la région Bourgogne. En effet, l’Assurance Maladie ainsi que les mutuelles santé ont pris conscience de l’impérieuse nécessité de procéder à une individualisation du suivi des patients confrontés à des situations complexes sur le long terme. A ce propos, l’Assurance Maladie tend à s’inspirer du succès rencontré par les mutuelles santé qui établissement depuis fort longtemps une relation privilégiée avec leurs adhérents. Ainsi, la mutuelle santé d’un adhérent effectue une prise en charge particulière de celui-ci au regard de nombreux critères fondés sur ses besoins, son dossier médicale.