Le travail influe sur les dépenses de santé (1/2)

Alors que la réduction des dépenses de santé anime quotidiennement l’Assurance Maladie ainsi que les mutuelles santé en raison de la situation difficile rencontrée par la protection sociale en France, il convient d’aller au-delà. En effet, la consommation médicamenteuse en France trouve ses origines dans divers facteurs qu’il nous appartient d’évoquer parce que se contenter d’analyser le cas des mutuelles santé ou de l’Assurance Maladie n’est évidemment pas suffisant. Or parmi les raisons expliquant le caractère considérable des dépenses de santé en France, il convient naturellement de citer les conditions de travail. C’est pourquoi, l’Institut de Recherche et Documentation en Economie de Santé (IRDES) a consacré une étude très approfondie aux liens susceptibles d’être établis entre les dépenses médicales remboursées par l’Assurance Maladie et les mutuelles santé, et le travail.

Dès lors, il s’agit d’une étude particulièrement intéressante car elle va au-delà du constat au profit de la détermination des causes inhérentes à la situation calamiteuse de la protection sociale en France. Ainsi, il apparaît que les conditions de travail ont une influence majeure sur les conditions de santé d’un individu tant sur le plan moral que sur le plan physique. En conséquence au lieu d’envisager continuellement des réductions drastiques des remboursements effectués par l’Assurance Maladie au détriment des assurés et des mutuelles santé, il serait certainement préférable de se poser la question autrement en comprenant les raisons pour lesquelles nous en sommes arrivés. A ce propos, les partenaires sociaux et les représentants entrepreneuriaux devraient s’associer afin de réfléchir sereinement aux méthodes à employer afin de rétablir cette situation professionnelle qui influe nettement sur les dépenses de santé. Néanmoins au-delà desdites dépenses, il s’agit surtout de protéger la santé des travailleurs qui subissent des déséquilibres physiques et moraux dont les conséquences sont souvent très difficiles sur le plan médical. Enfin, cette étude montre également que des solutions existes mais qu’elles nécessitent un certain volontarisme.

Les commentaires sont fermés.